L’écrivain public, le serviteur discret du quotidien

Quoi de plus gratifiant et pratique que de savoir communiquer avec aisance, en particulier à l’écrit ?  Plus officiel voire formaté dans certains cas, l’écrit implique une maîtrise sans faille de l’orthographe, de la grammaire, de la formulation. Bien sûr, nous ne parlons pas ici des sms, des pense-bêtes et petits mots de tous les jours.

Les choses se corsent lorsqu’il s’agit de rédiger un courrier juridique, d’effectuer une demande de prestation auprès d’une administration, d’écrire une lettre de motivation, un mémoire, une notice, un compte-rendu, un discours, un testament, un questionnaire, un faire-part… les besoins sont infinis.

 

Prestation de service pour particuliers et entreprises

Véritable spécialiste de la rédaction pour particuliers et entreprises, l’écrivain public est là lorsque c’est l’impasse !

Son aisance à l’écrit, sa connaissance des instances administratives, sociales, judiciaires… feront gagner du temps et de l’efficacité, que ce soit dans une médiation entre un administré et une structure décisionnaire ou dans une mission d’écriture plus délicate.

Autonome, discret et neutre, il s’adapte aux délais, aux horaires et contraintes de ses clients.

Pour les particuliers, il rédigera ou corrigera des courriers, des dossiers mais aussi des textes personnels ou professionnels (lettre intime, éloge funèbre, blog, page web, discours…).

Pour les entreprises et collectivités, accompagné de référents agréés, il peut intervenir dans du rédactionnel courant (procès-verbal de réunion, marché public, programme…) ainsi que dans la communication commerciale (brochure, site web, catalogue, notice technique…).

Un métier d’engagement et de cœur

Osons le dire… véritable « couteau suisse », l’écrivain public peut se voir confier des missions très variées et doit s’adapter à toutes les demandes pour des publics très différents.

Néanmoins, le social reste au cœur de son métier, l’écrivain public doit faire preuve plus que jamais d’écoute et d’empathie vis-à-vis des bénéficiaires de ses prestations.

Face au tout digitalisé, au manque de moyens et d’accès aux informations, des usagers peuvent être perdus ou manquer de temps face aux procédures administratives, aujourd’hui quasi toutes numériques.

Maîtrisant les nouvelles technologies, l’écrivain est plus qu’un outil dans ce cas, il y a également dans sa posture un aspect humain très important. L’enjeu, en rentrant dans leur intimité, est d’accompagner et de rassurer des personnes qui sont parfois dans l’urgence.

Vers plus de connaissance et de reconnaissance

Aujourd’hui, il est à noter que ce métier très ancien et pourtant encore assez méconnu, s’affirme de plus en plus. Il tend progressivement à s’élargir vers les professionnels et entreprises (notamment les secteurs associatifs, libéraux, techniques, l’édition, l’informatique, internet) où les besoins de relecture et reformulation sont importants.

En formation diplômante, il existe actuellement deux licences professionnelles Intervention sociale en France, à valider sur un an :

  • « Conseil en écriture professionnelle et privée – Ecrivain public » Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3
  •  « Accompagnement de publics spécifiques Parcours écrivain public – conseil en écriture » Université de Toulon

Si vous avez déjà une activité en parallèle, une formation accélérée peut être un choix judicieux comme celle que nous proposons.

Sans règlementation spécifique imposée pour son statut mais avec un réel besoin de compétences, de professionnalisme et de visibilité, l’écrivain public doit être garant plus que jamais des personnes et entités qu’il représente et être conscient de sa responsabilité engagée en tant qu’acteur extérieur. Aujourd’hui, parfois rebaptisé « conseil en écriture », il devient un quasi consultant.

Si écrire et rendre service est dans votre ADN, écrivain public est plus qu’une vocation, ce sera votre métier !

C’est pourquoi il est indispensable de vérifier ses acquis auprès d’organismes compétents, de savoir valoriser et développer ses qualités, faire sa promotion (outils marketing), organiser son travail (respect des délais), rédiger son business plan (trésorerie)…

Vous l’aurez compris, il est indispensable de se former avant de se lancer !

Quelques infos clés

  • un peu plus de 1000 écrivains publics en France
  • 2 sur 3 sont des femmes
  • 42% ont un niveau Bac +3
  • 56% des écrivains travaillent moins de 16 heures par semaine (temps partiel)
  • 88% des écrivains travaillent à domicile
  • 78 % des écrivains sont des travailleurs indépendants
  • Rémunération mensuelle nette moyenne 600 euros (revenu principalement complémentaire)

Pour toute demande d’informations

Anne-Marie RICHIER

06.23.80.31.02 / infos@thetalks.fr

Sources internet

https://thetalks.fr/formation/devenir-ecrivain-public/

https://www.reconversionprofessionnelle.org/fiche-metier-ecrivain-public/

https://www.cidj.com/metiers/ecrivain-public

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-nouveau-role-des-ecrivains-publics-20190409

https://www.projet-voltaire.fr/documents/pv/ecrivain_public.pdf

https://ecrivains-publics.fr/

https://www.ecrivainsconseils.net/page/1339069-accueil

https://www.snpce.fr/

 

Pour approfondir…au cinéma !

« Central do Brasil ». 1988. Walter Salles. Comédie dramatique. Gare centrale de Rio de Janeiro… par nécessité, une femme fait le choix de devenir écrivain public.

« Ghost writer ». 2010. Roman Polanski. Thriller. Après la disparition mystérieuse de son confrère, un prête-plume est chargé de reprendre les mémoires d’un ancien premier ministre anglais.

Marjorie – rédactrice